Page:Marguerite de Navarre - L’Heptaméron, éd. Lincy & Montaiglon, tome II.djvu/143

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


qui soubdain ne passe, quant on congnoist le contraire. Quant à moy, j'en ay veu des miracles evidentz. - Je vous prie, dist Ennasuitte, prenez ma place et nous racomptez de quelcun qui soyt suscité de mort à vye, pour congnoistre en sa dame le contraire de ce qu'il desiroit. - Je crains tant, dist Saffredent, desplaire aux dames, de qui j'ay esté et seray toute ma vie serviteur, que, sans exprès commandement, je n'eusse osé racompter leurs imperfections; mais, pour obeir, je n'en celeray la verité."