Page:Marguerite de Navarre - L’Heptaméron, éd. Lincy & Montaiglon, tome II.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ouvre l'oeil de foy, seroit en danger de devenir, d'un ignorant, ung infidele philosophe; car foy seullement peult monstrer et faire recevoir le bien que l'homme charnel et animal ne peult entendre. - Ne voyez-vous pas bien, dist Longarine, que la terre non cultivée, portant beaucoup d'herbes et d'arbres, combien qu'ilz soient inutilles, est desirée pour l'esperance qu'elle apportera bon fruict, quant il y sera semé? Aussy, le cueur de l'homme, qui n'a nul sentiment d'amour aux choses visibles, ne viendra jamais à l'amour de Dieu par la semence de sa parolle, car la terre de son cueur est sterille, froide et damnée. - Voylà pourquoy, dist Saffredent, la plus part des docteurs ne sont spirituelz; car ilz n'aymeront jamais que le bon vin et chamberieres laydes et ordes, sans experimenter que c'est d'aymer dame honneste. - Si je sçavois bien parler latin, dist Simontault, je vous allegueroye que sainct Jehan dict: "Que celluy qui n'ayme son frere qu'il voit, comment aymera-il Dieu qu'il ne veoit poinct?" Car, par les choses visibles, on est tiré à l'amour des invisibles. - Mais, dist Ennasuitte, quis est ille et laudabimus eum, ainsy parfaict que vous le dictes? - Respondit Dagoucin: il y en a qui ayment si fort et si parfaictement, qu'ilz aymeroient autant mourir que de sentir ung desir contre l'honneur et la conscience de leur maistresse, et si ne veullent qu'elle ne autres s'en apperçoyvent. - Ceulx-là, dist Saffredent, sont de la nature de la camalercite, qui vit de l'aer. Car il n'y a homme au monde, qui ne desire declarer son amour et de sçavoir estre aymé, et si croy qu'il n'est si forte fiebvre d'amitié,