Page:Marguerite de Navarre - L’Heptaméron, éd. Lincy & Montaiglon, tome II.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Madame de Roncex, estant aux Cordeliers de Thouars, fut si pressée d'aler à ses affaires, que, sans regarder si les anneaux du retraict estoyent netz, s'ala seoir en lieu si ord, que ses fesses et abillemens en furent souillez, de sorte que, cryant à l'aide et desirant recouvrer quelque femme pour la netoyer, fut servye d'hommes, qui la veirent nue et au pire estat que femme ne sçauroit montrer.

En la maison de madame de la Trimoïlle, y avoit une dame nommée Roncex, laquelle, ung jour que sa maistresse estoit allée aux Cordeliers de Thouars, eut une grande necessité d'aller au lieu où on ne peult envoyer sa chamberiere. Et appella avecq elle une fille, nommée La Mothe, pour luy tenir compaignye; mais, pour estre honteuse et secrette, laissa ladite Mothe en la chambre, et entra toute seulle en un retraict