Page:Marguerite de Navarre - L’Heptaméron, éd. Lincy & Montaiglon, tome II.djvu/239

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Vingt cinquiesme nouvelle

Un jeune prince, souz couleur de visiter son avocat, et communiquer de ses affaires avec luy, entreteint si paisiblement sa femme, qu’il eut d’elle ce qu’il en demandoit.

En la ville de Paris y avoit ung advocat, plus estimé que nul autre de son estat, et, pour estre cherché d’un chascun à cause de sa suffisance, estoit devenu le plus riche de tous ceux de sa robbe. Mais, voyant qu’il n’avoit eu nulz enfans de sa première femme, espéra d’en avoir d’une seconde, et, combien que son corps fust vicieux, son cueur ne son espérance n’estoient point morts, par quoy il alla choisir une des plus belles filles qui fût dedans la ville, de l’aage de dix huit à dix neuf ans, fort belle de visaige et de teinct, et encores plus de taille et d’embonpoint, laquelle il aima et traicta le mieulx qu’il luy fut possible; mais si n’eut elle de luy non plus d’enfans que la première, dont à la longue elle se