Page:Marguerite de Navarre - L’Heptaméron, éd. Lincy & Montaiglon, tome II.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Seiziesme nouvelle

Une dame de Milan, veuve d’un conte Italien, deliberée de ne se remaryer ny aymer jamais, fut troys ans durant si vivement prouchassée d’un gentil homme Françoys, qu’après plusieurs preuves de la perseverance de son amour, luy accorda ce qu’il avoit tant desiré, et se jurerent l’un à l’autre perpetuelle amytié.

Du temps du grand-maistre de Chaumont, y avoit une dame estimée une des plus honnestes femmes qui fust de ce temps-là en la ville de Millan. Elle avoyt espousé ung conte italien et estoit demeurée vefve, vivant en la maison de ses beaulx-freres, sans jamais vouloir ouyr parler de se remarier; et se conduisoit si saigement et sainctement, qu’il n’y avoit en la duché Françoys ny Italien qui n’en feist grande estime. Ung jour que ses beaulx-freres et ses belles seurs feirent ung festin au grand-maistre de Chaulmont,