Page:Mariel - Pierre Loti, 1909.djvu/47

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Les gens très laids, comment ne pas sympathiser avec eux, s’ils le savent, s’ils en souffrent et s’efforcent d’être le moins possible désagréables à regarder. Mais il y a des laideurs satisfaites, étalées, agressives, plus exécrables que des vices.
AUTOGRAPHE DE PIERRE LOTI[1]
  1. Note wikisource. Transcription de l’autographe de Pierre Loti :

    « Les gens très laids, comment ne
    pas sympathiser avec eux, s’ils le
    savent, s’ils en souffrent et s’efforcent
    d’être le moins possible désagréables à
    regarder. Mais il y a des laideurs
    satisfaites, étalées, agressives, plus
    exécrables que des vices.

    Pierre Loti »