Page:Marino - Les Vrais Plaisirs, 1748.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


agréables qu’elles ſoient. Tout homme qui n’eſt plus fait pour aimer, eſt ordinairement ennemi de l’Amour & de ſes leçons.

Loin d’ici ces cœurs durs & ſéveres, qui donnent le nom de vertu aux noirs accès d’une ſombre triſteſſe. Ils peuvent dédaigner ma molle & tendre Muſe. Que ces rigides Cenſeurs, qui empoiſonnent les choſes les plus innocentes, ne viennent point verſer ſur ce que j’écris l’amertume de leur critique.

Que l’Hypocriſie, qui affiche l’auſtérité, ne s’attende pas à un Poëme grave & moral : ce Monſtre,