Page:Marivaux - Œuvres complètes, édition Duviquet, 1825, tome 2.djvu/363

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Je vous suis, mais j’aperçois Mesrin, je n’ai qu’un mot à lui dire.


Carise

Vous venez de le quitter.


Adine

Je ne serai qu’un moment en passant.


Scène XII

MESRIN, CARISE, ADINE ADINE, appelle.

Mesrin !

MESRIN, accourant.

Quoi, c’est vous, c’est mon Adine qui est revenue ; que j’ai de joie ! Que j’étais impatient !


Adine

Eh non, remettez votre joie, je ne suis pas revenue, je m’en retourne, ce n’est que par hasard que je suis ici.


Mesrin

Il fallait donc y être avec moi par hasard.


Adine

Écoutez, écoutez ce qui vient de m’arriver.


Carise

Abrégez, car j’ai autre chose à faire.


Adine

J’ai fait. (À Mesrin.) Je suis belle, n’est-ce pas ?


Mesrin

Belle ! Si vous êtes belle !


Adine