Page:Marivaux - Œuvres complètes, édition Duviquet, 1825, tome 2.djvu/372

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Et j’aurais empêché que la belle femme ne s’ennuie.


Églé

Oui, il l’empêcherait.


Azor

N’a-t-elle pas dit qu’elle voulait être seule ? Sans cela, je la désennuierais encore mieux que vous. Partons !

ÉGLÉ, à part et de dépit.

Partons.


Scène XV

CARISE, ÉGLÉ CARISE, approche et regarde Églé qui rêve.

À quoi rêvez-vous donc ?


Églé

Je rêve que je ne suis pas de bonne humeur.


Carise

Avez-vous du chagrin ?


Églé

Ce n’est pas du chagrin non plus, c’est de l’embarras d’esprit.


Carise

D’où vient-il ?


Églé

Vous nous disiez tantôt qu’en fait d’amitié on ne sait ce qui peut arriver ?


Carise

Il est vrai.


Églé