Page:Marivaux - Œuvres complètes, édition Duviquet, 1825, tome 2.djvu/495

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
485
SCÈNE I.


MERLIN

Moi d’abord ; je me nomme le premier pour vous inspirer de la confiance ; ensuite Lisette, femme de chambre de mademoiselle Angélique, et suivante originale ; Blaise, fils du fermier de madame Argante ; Colette, amante dudit fils du fermier, et fille du jardinier.


ÉRASTE

Cela promet de quoi rire.


MERLIN

Et cela tiendra parole ; j’y ai mis bon ordre. Si vous saviez le coup d’art qu’il y a dans ma pièce !


ÉRASTE

Dis-moi donc ce que c’est.


MERLIN

Nous jouerons à l’impromptu, monsieur, à l’impromptu.


ÉRASTE

Que veux-tu dire, à l’impromptu ?


MERLIN

Oui. Je n’ai fourni que ce que nous autres beaux-esprits appelons le canevas ; la simple nature fournira les dialogues, et cette nature-là sera bouffonne.