Page:Marivaux - Œuvres complètes, édition Duviquet, 1825, tome 3.djvu/355

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

enfant, tu me fais trembler ; c’est toi-même que je te conjure d’épargner, en te priant de sauver mon honneur ; encore une fois ; arrête, la situation d’esprit où tu me mets ne me punit que trop de mon imprudence.

ARLEQUIN, comme transporté.

Comment ! cela est épouvantable. Je passe mon chemin sans penser à mal, et puis vous venez à l’encontre de moi pour m’offrir des filles, et puis vous me donnez une pistole pour trois sols : est-ce que cela se fait ? Moi, je prends cela, parce que je suis honnête, et puis vous me fourbez encore avec je ne sais combien d’autres pistoles que j’ai dans ma poche, et que je ferai venir en témoignage contre vous, comme quoi vous avez mitonné3 le cœur d’un innocent, qui a eu sa conscience et la crainte du bâton devant les yeux, et qui sans cela aurait trahi son bon maître, qui est le plus brave et le plus gentil garçon, le meilleur corps qu’on puisse trouver dans tous les corps du monde, et le factotum de la Princesse ; cela se peut-il souffrir ?

FRÉDÉRIC

Doucement, Arlequin ; quelqu’un peut venir ; j’ai tort mais finissons ; j’achèterai ton silence de tout ce que tu voudras ; parle, que me demandes-tu ?

ARLEQUIN

Je ne vous ferai pas bon marché, prenez-y garde.

FRÉDÉRIC

Dis ce que tu veux ; tes longueurs me tuent.