Page:Marot - Les œuvres de Clément Marot, de Cahors, valet de chambre du roy, 1547.djvu/370

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

J'eus à Paris prison fort inhumaine:

A Chartes fuz doulcement encloué:

Maintenant voys, où mon plaisir me maine.

C'est bien, et mal. Dieu soit de tout loué.

Au fort, Amys, c'est à vous bien joué,

Quand vostre main [hors du parc] me ramaine.[hors de per]

Escript, et faict d'ung cueur bien enjoué,

Le premier jour de la verte Sepmaine,

En liberté.