Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Bas-relief du maître-autel de la chapelle des Carmélites.

CHAPITRE III

BERNARDINES, CARMÉLITES, CLARISSES, BÉNÉDICTINES DE CHAZEAUX, SAINT-FRANÇOIS-DE-SALES, CALVAIRE

Comme les couvents de religieux, les monastères de femmes ont de tout temps reçu à Lyon le meilleur accueil ; aussi, peu de villes en ont-elles autant possédé. On en trouvera dans tout le cours du présent ouvrage, mais ce chapitre se rapporte plus particulièrement aux anciens monastères de moniales : Bernardines, Carmélites, Clarisses, Bénédictines de Chazeaux ; il se poursuit par une étude sur l’église Saint-François-de-Sales qui fut primitivement une chapelle de Visitandines et de sœurs Saint-Joseph ; enfin il s’achève par la monographie de l’œuvre du Calvaire dirigée par d’admirables « religieuses dans le monde », contraste frappant avec les ordres cloîtrés dont on vient de rappeler le nom, mais contraste qui montre l’esprit d’initiative de l’Église catholique.


BERNARDINES

Ce fut dans le premier tiers du xviie siècle que la plupart des instituts et des congrégations s’établirent à Lyon. Les réformes des plus anciens ordres firent de même. Les