Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/147

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
101
saint-françois-de-sales

effacez les péchés de ceux qui prient en ce lieu et montrez-leur le chemin par où ils doivent passer ».

Peinture de Janmot. (Église Saint-François-de-Sales).

En 1816, le conseil municipal décidait la création de la place actuelle Saint-François précédemment englobée dans les bâtiments de la prison militaire ; à cette occasion, l’église fut accrue de l’espace nécessaire pour ajoutera l’édifice, au midi, une nef latérale avec une tribune au-dessus, et, au levant, la chapelle du Sacré-Cœur, et la petite sacristie située derrière. Peu après, la fabrique achetait l’ancien réfectoire des Filles-Pénitentes, aujourd’hui occupé par les écoles paroissiales et construisait le clocher ; le 23 avril 1823 avait lieu la bénédiction de quatre cloches dont les parrains et marraines furent : le comte de Brosse et la vicomtesse Paultre de la Mothe ; M. de Savaron et Mme de Saint-Trivier ; le marquis de Regnaud de Parcieux et Mme de la Pape ; le comte Laurent de Seras et la marquise de Leusse. En 1830. on construisit le chœur, la façade ; on compléta les nefs latérales et les tribunes qui les dominent ; en 1835, le presbytère fut restauré. En 1839, M. Benoît, architecte, recevait la mission d’exécuter tout un ensemble de travaux dont le projet comprenait : 1° la reconstruction de la chapelle de la Sainte Vierge ; 2° la réfection de la sacristie et des fonts baptismaux ; 3° la reconstruction du dôme et des piliers qui le supportent ; 4° l’agrandissement du chœur ; 5° la construction de deux nouvelles chapelles de chaque côté du chœur : tous ces travaux étaient terminés en 1847.

Après la période de construction de l’édifice, restait à pourvoir à sa décoration intérieure. En 1856, la chapelle de la Sainte-Vierge était restaurée et recevait la belle statue de l’Assomption, une des meilleures œuvres de Fabisch. En 1858, Louis Janmot fut chargé de peindre la coupole : l’artiste s’y est montré le digne disciple d’Orsel et d’Ingres et l’émule d’Hippolyte Flandrin. On lui doit encore le tableau qui décore la chapelle du Sacré-Cœur ; celui de la chapelle de Saint-Joseph fut exécuté en 1866 par M. Ravel de Malleval. Le grand orgue de Saint-François, œuvre de la maison Cavaillé-Coll, et l’un des meilleurs de ceux que possèdent les églises de Lyon, a été inauguré le 16 décembre 1880 par M. Charles-Marie Widor, organiste de Saint-Sulpice, fils de M. Charles-François Widor, qui fut organiste de Saint-François de 1838 à 1891.

L’église Saint-François possède une belle statue du Sacré-Cœur, du sculpteur Cabuchet, d’un sentiment religieux très élevé. Son trésor renferme aussi de merveilleux objets