Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/163

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
117
la charité

III. — 3 décembre 1615. — Érection d’une grande croix sur l’emplacement de la Charité. Les recteurs de la Charité, autorisés par lettres royales du 11 décembre 1614, ayant acheté un emplacement sur le bord du Rhône, en prennent possession par l’érection solennelle d’une croix de bois qui est bénie par l’archevêque de Lyon, Denis-Simon de Marquemont.

La Sainte Trinité bénissant les bienfaiteurs. (D’après une miniature aux archives de la Charité).

IV . — 16 janvier 1617. — Pose de la première pierre des bâtiments de la Charité. Jean de Sève de Fromente, président des trésoriers de France à Lyon, offre, le premier, de bâtir, à ses frais, un corps de logis et en pose la première pierre portant cette inscription : Notre-Dame de la Charité. Dans le fond, on voit le pont du Rhône.

V. — 20 juin 1622. — Les pauvres sont transportés, par bateaux, de l’hôpital Saint-Laurent situé sur le bord de la Saône, à la Quarantaine, avec les meubles et les effets.

VI. — 25 avril 1639. — La Charité placée sous la protection de Notre-Dame de Fourvière. À partir de 1639, suivant délibération du bureau, l’Aumône générale se rendait chaque année, le mercredi après la quinzaine de Pâques, en procession à Fourvière « où étant arrivé on offrira sept cierges d’une livre pièce, à l’honneur des sept joyes de la très sainte Vierge ». Il y a vingt ans, on pouvait encore voir, dans les rues de la ville, le long défilé de cette procession à laquelle prenaient part les vieillards de l’hospice, les frères et les sœurs, les médecins et les chirurgiens de la Charité. Il se faisait aussi tous les ans, un dimanche, une autre procession, à laquelle tous les pauvres de la ville prenaient part, et dont le règlement de 1632 donne le détail et l’itinéraire.

VII. — 12 octobre 1651. — Messire Jacques Moyron, baron de Saint-Trivier en Dombes, fait son testament « écrit de sa main, en son domicile, à Lyon, avant midy » en faveur de l’Aumône générale.

VIII. — 26 mars 1699. — Le bureau de l’Aumône générale reçoit les sœurs Tenant, Simonde et Damour, cédées par l’Hôtel-Dieu, pour l’organisation des sœurs de la Charité.

IX. — 17 avril 1805. — Le pape Pie VII visite les pauvres de la Charité. On présenta