Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Intérieur de l’église Saint-Irénée.

CHAPITRE V

SAINT-IRÉNÉE — SAINT-JUST — LE GRAND SÉMINAIRE

Deux églises, parmi celles qui couvrent la pieuse colline de Fourvière, ont tenu dans l’histoire religieuse de la ville une place considérable, ce sont Saint-Irénée et Saint-Just. Nous les réunissons toutes deux en ce chapitre où nous introduirons aussi, à cause de la proximité des emplacements et de la similitude des dédicaces, le Grand Séminaire. Comme l’église de la rue des Macchabées, la chapelle du Séminaire, toute voisine, est placée sous le vocable du docteur chrétien : saint Irénée. Ainsi se trouveront rapprochés une fois de plus le tombeau du second évèque de Lyon et le noviciat d’où tant de prêtres sont sortis, qui furent ses continuateurs dans le sacerdoce et parfois ses successeurs dans le martyre.


SAINT-IRÉNÉE

Dans le livre À la gloire des martyrs (De Gloria Martyrum, ch. 49), Grégoire de Tours, dont les visites à Lyon furent fréquentes et prolongées, mentionne la basilique de Saint-Jean l’Évangéliste ; il rappelle que, sous son autel inférieur, saint Irénée fut ense-