Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/225

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
177
saint-paul

guerres civiles, Jérôme de Châtillon, président à Lyon et à la cour suprême des Dombes, son neveu chéri, érigea ce monument par reconnaissance et dans l’espoir de la résurrection. Il mourut le 17 décembre 1575, âgé de soixante-dix-huit ans. » L’autel se trouvait autrefois au nord, on l’a transporté depuis sur la paroi du midi, et ouvert une communication avec la chapelle du Crucifix.

Intérieur de l’église Saint-Paul.

Celle-ci a perdu toute son originalité puisqu’elle n’est plus aujourd’hui que le vestibule de la chapelle Sainte-Marguerite ; elle fut fondée en 1493 par Jean du Peyrat, échevin de Lyon, et Claudine Garnier sa femme, qui y furent inhumés. On admire sa belle voûte dont les arcs retombent en clefs pendantes, et sont un remarquable spécimen de l’art gothique flamboyant. La chapelle a conservé encore une inscription gothique, dont voici les parties intéressantes : « … Noble Jean du Peyrat, marchand, citoien de Lyon, et Claudine Garnière, sa femme, à l’honneur de Dieu et de la Vierge Marie, ont fait édifier cette chapelle l’an 1495, en laquelle, tant pour le remède de leurs âmes que des âmes de tous leurs parents et amis, vifs et trépassez, presens et avenir, ont fondé une messe eucharistiale de notes, un Salve Regina, l’oraison Concede, de Profundis et Absolve à haute voix sur la tombe desdits fondateurs, chaque samedi perpétuellement après dix heures. Lesquelles messe et oraisons diront lesdicts prestres, septeniers, manécantants et clergeons de cette église de Saint-Paul et non autres. Item, le 13 janvier et le 2 novembre, jours des trépassez, diront une messe des trépassez à notes. Salve Regina, De Profundis et Oraisons ainsi que dessus est escript. »

En passant à la chapelle suivante, jetons un coup d’œil sur une porte latérale de sortie. Son arc en anse de panier caractérise sa date : fin du xve ou début du xvie siècle. La