Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/228

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
180
histoire des églises et chapelles de lyon

Louis, roi de France, portant la couronne d’épines, et entouré de saint Jean-Baptiste et peut-être de saint Antoine.

Les fonts baptismaux actuels occupent la place de la chapelle Saint-Jean l’Évangéliste et Sainte-Madeleine, qui, en 1620, fut dénommée Notre-Dame-de-Pitié. Elle avait été construite à la fin du xve siècle par Jean Palmier, et passa plus tard aux Charrier de la Roche, originaires d’Issoire et fixés à Lyon à la fin du xvie siècle. Signalons enfin que, sur la tribune, se trouvait autrefois un autel dédié à la Croix et à saint Mathieu. Près de la porte d’entrée on a placé une statue de saint Paul signée Perrot, 1827.

La description des chapelles n’a pas permis de mentionner deux statues qui se trouvent dans les transepts entre deux chapelles : saint Paul et saint Sacerdos, toutes deux signées Bonnaire, 1861, don de Benoît Greppo et de Marguerite Greppo. Les deux bras du transept sont éclairés par deux rosaces, œuvres de L. Bégule, représentant saint Jean penché sur le cœur du Maître, et la Vierge offrant le rosaire. Nous n’aurons garde d’oublier dans cette énumération les tableaux qui se trouvent dans les transepts et dont plusieurs offrent un véritable intérêt ; dans celui de droite le Couronnement de la Vierge, et la Mère de Dieu entourée de sainte Agnès et de sainte Claire, tableau donné par le cardinal de Bonald ; dans le transept de gauche, la Crèche, et une sainte Thérèse achetée tout récemment aux Carmes de Lyon. Tout à côté on admire une belle porte en bois sculpté, époque Henri IV.

Dans la petite nef de gauche se trouve un édicule renfermant le cœur de M. Cattet, ancien curé de cette paroisse, avec une inscription dont nous extrayons ces lignes : « Ici repose Jean-François-Régis Cattet, né à Neuville-sur-Saône, 10 mai 1785, mort à Lyon, 31 mars 1865, vicaire général du diocèse, vicaire ou curé de Saint-Paul pendant 12 ans, professeur à la faculté de théologie, chevalier de l’ordre des Saints Maurice et Lazare, bienfaiteur et restaurateur de cette église, fondateur ou directeur des œuvres religieuses et charitables, des Hospitaliers-Veilleurs, de Saint-François-Régis, des Savoyards, des ouvriers maçons, des veilleuses, du travail de Marie, des crèches, des salles d’asile… »

Devant le chœur, une belle table de communion de marbre blanc est ornée de dessins formés de croix à jour. Enfin, à l’entrée de l’église, on a placé deux remarquables bénitiers de marbre noir décorés de dessins archaïques. La sacristie, récemment restaurée, possède quelques œuvres d’art qu’il importe de citer : le portrait de Mgr Devienne, évêque de Sarept et auxiliaire de Lyon, signé Vestier, 1776 ; un Ecce Homo, copie d’après un original espagnol, enfin le Mariage de sainte Catherine.


SAINT-LAURENT

Tout à côté de l’église Saint-Paul, parallèlement à son axe et à une distance de quelques mètres seulement au nord, se trouvait l’église Saint-Laurent, construite au milieu du xiiie siècle. Quoiqu’elle ait laissé peu de traces dans l’histoire, on a réuni ici les renseignements historiques que fournissent sur elle les rares documents.