Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/370

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
318
histoire des églises et chapelles de lyon

et de réaliser en construisant la chapelle de la rue Henri IV. Un premier arc surbaissé portant une croix d’or avec une inscription latine (comme toutes celles qui seront citées plus bas) dont le sens est : « Pardonnez, Seigneur, à votre peuple », s’appuie sur deux colonnes, et donne naissance à une seconde voûte sous laquelle se trouve l’autel.

Exposition et ostensoir dans la chapelle de l’Adoration-Réparatrice.

Les parois de la muraille racontent l’histoire de l’Ancien Testament. Tout en haut, incrustées sur des panneaux de porphyre rouge, l’arche de Noé et l’arche d’alliance, à gauche et à droite la table des holocaustes et la table des pains de proposition ; en dessous, de chaque côté, sur des panneaux de matière précieuse, le palmier oriental ; puis, au pied de l’arbre, d’une part, un champ d’épis avec l’inscription : « Il a nourri son peuple de froment » ; de l’autre, quelques ceps de vigne et ces mots : « Je suis la vigne, vous êtes les sarments. » La dernière voûte fait ciborium, tandis qu’un troisième arc, plus surbaissé encore, prépare cette dernière voûte en abside. Au milieu, une petite rosace, avec un agneau immolé et tout autour cette inscription : « L’agneau qui a été immolé est digne de recevoir la puissance et la divinité, la force, l’honneur, la gloire et la bénédiction. »

« Aux quatre angles, les emblèmes des évangélistes, c’est-à-dire à droite, le lion ailé et l’aigle au regard perdu dans le ciel ; à gauche, le bœuf ailé, et l’ange qui contemple le Saint-Sacrement ; au milieu de ces personnages, des étoiles qui, par leur forme singulière, rappellent les mondes qu’entrevit saint Jean dans l’Apocalypse. Cet arc majestueux, qui repose sur deux colonnes de marbre vert que supportent deux culs-de-lampe dorés, se recommande particulièrement à l’attention par une frise avec palmettes et rosettes ornementées de pierres fines.