Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
42
histoire des églises et chapelles de lyon

citoyen de Lyon, Durand de Feurs, leur ayant fait don d’un tènement possédé par lui sur la rive gauche de la Saône et qui joignait au levant le tènement des Contracls et celui du Temple, les religieux résolurent de s’y transporter immédiatement. L’autorisation de l’abbaye d’Ainay, qui leur était nécessaire, le territoire relevant de cette abbaye, leur fut accordée en suite de l’intervention de l’archevêque Rodolphe. On croit qu’antérieurement à leur établissement une chapelle avait été édifiée sur ce tènement et quelques-uns prétendent même que cette chapelle était placée sous le vocable de Notre-Dame-de-Confort, mais les actes sont muets sur ce point et on en est réduit à de simples hypothèses.

Église actuelle des Dominicains.

Ce second établissement eut du reste une existence plus courte encore que celle du couvent de la colline. Dès le mois de novembre 1235, un tènement appartenant à Humbert de Feurs fut joint à celui de Durand ; une rue dénommée rue Ponce-Allard les séparait, mais l’acte de 1235 permit aux religieux de la supprimer, en même temps qu’il les autorisait à percer, à travers le tènement des Contracts, une voie de communication prenant à la rue Ponce-Allard et allant jusqu’à la Saône. Il ne semble pas que la première autorisation ait jamais été mise à profit et que la rue Ponce-Allard ait été fermée. Le tènement de Humbert de Feurs était assez étendu pour que les religieux pussent s’y établir complètement et ils durent vendre assez tôt le tènement de Durand : sur cet emplacement un jeu de paume fut créé en 1519, et A. Steyert a émis l’hypothèse que ce jeu pourrait être celui où jouait le dauphin, fils de François Ier, lorsqu’il mourut à la suite de l’aljsorption d’un verre d’eau froide.

Le traité de 1235 avait été approuvé par bulle de Grégoire IX du 2 juin 1230 ; le 2 mars 1237, il fut à nouveau confirmé par deux des plus illustres représentants de l’ordre des Prêcheurs, Humbert de Romans, alors prieur de Lyon, et Hugues de Saint-Cher, provincial de France. Incontestablement les religieux n’avaient pas attendu jusqu’alors pour commencer la construction de leur église, puisque le corps du cardinal François Cassard, archevêque de Tours, mort à Lyon d’une chute de cheval, le 8 août de la même année, put y être déposé ; mais sûrement aussi les travaux étaient loin d’être achevés, puisque sept ans plus tard, par bulle du 13 avril 1244, Innocent IV accordait 40 jours d’indulgence « à tous les fidèles qui concourraient aux constructions déjà commencées de l’église et du couvent ».