Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
45
les frères prêcheurs

banquiers florentins ; dès leur arrivée, ces étrangers firent leur Tcglise des Frères Prêcheurs et, en fait, ils ont été les principaux et presque seuls artisans de sa reconstruction ; sur remplacement de l’édifice primitif, ils élevèrent une grande église ogivale à trois nefs, qui fut dédiée à saint Jean-Baptiste : « Elle a, dit le Père Ramette, cinq arcades de

Plan de l’ancien couvent des Dominicains de Confort.

chaque côté ou arcs-doubleaux, supportés par de gros piliers, où sont partout leurs armes, et la voûte, qui la couvre, comprend aussi le chœur faisant un même corps avec l’église, ayant de part et d’autre une petite aile dont la voûte, qui est surbaissée, porte les mêmes armes ». Quelques années plus tard, et au nord-est de l’église, les « Florentins, maîtres de postes, firent bâtir une chapelle voûtée, avec un caveau au-dessous aussi voûté, pour la confrérie des courriers, dont ils avaient la régie, et y donnèrent le nom du Crucifix dont la représentation est placée au-dessus du retable de l’autel » (n° 66).

À l’autre extrémité de l’église, Pierre de Mievro possédait « dez l’an l439, la chapelle voûtée de Sainte-Marthe » (n° 71). Joignant cette dernière au nord, Ennemond de Sivrieu avait fait construire une autre chapelle, « environ l’an li63, qui étoit dédiée à saint Hyacinthe » (n" 70). Mais ce fut surtout à partir de l’année 1466 que les travaux exécutés par les soins des Florentins prirent un essor considérable : de cette époque date la construction de toute la partie est de l’église, c’est-à-dire tout le grand chœur ou sanctuaire (nos 77 et 74) et le petit chœur (n° 73). Au même moment, noble Antoine de Varey fit élever à la suite de la chapelle Saint-Hyacinthe une chapelle voûtée « où il fit mettre sa tombe » (n° 69) ; en même temps aussi fut édifiée au nord de cette dernière la chapelle qui appartint dans la suite aux libraires et aux relieurs de livres (n° 68).

L’exécution de ces travaux avait demandé naturellement un temps assez long. Cependant, à la fin du xve siècle, le clocher élevé au midi du chœur (n° 79) était achevé, et Charles VIII, qui, en 1495, avait logé avec la reine au couvent des Jacobins, et leur avait fait don, pour fondre leurs cloches, de l’artillerie ramenée par lui de Naples, y ajouta,