Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome II.djvu/220

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
202
histoire des églises et chapelles de lyon

Sur la façade reconstruite à l’ouest, se trouve un bas-relief, représentant saint Jean de Dieu lavant les pieds à Notre-Seigneur, caché sous la figure d’un pauvre ; ce bas-relief est dû à M. Chenevay, sculpteur, ancien professeur à la Martinière. Au-dessus de cette façade, le clocher a été reconstruit avec de nouvelles proportions et couvert d’un dôme en pierre de taille surmonté de la Croix. Les travaux d’agrandissement ont été dirigés par M. Joannès Bernard architecte, qui s’est attaché à maintenir le caractère architectural de l’œuvre primitive de son père, tout en se conformant aux nécessités actuelles du service. Les travaux ont été achevés en 1899, et l’église a maintenant les dimensions suivantes : longueur intérieure 40 mètres, plus le clocher 6m50 ; largeur 13 mètres. Elle se compose de trois nefs avec vastes tribunes surmontant les nefs latérales. Le maître-autel est en marbre blanc avec bas-relief ; au-dessus, s’élève une statue du Sacré-Cœur ; par côté, on a placé de remarquables statues des saints Pierre et Paul, en bois peint. Au fond de l’abside, derrière le maître-autel, trois tableaux : au milieu, L’Adoration des Mages ; à droite : Saint Philippe de Néri : à gauche : Saint Jean l’Aumônier.

Chapelles du transept ; du côté de l’épître, chapelle Saint-Jean de Dieu ; au-dessus se trouvent trois tableaux représentant, au milieu : le bienheureux Jean Grande ; à droite : la Sainte-Famille à gauche : L’Ascension. Du côté de l’évangile, chapelle de la Sainte-Vierge, avec ancienne statue de bois ; elle est ornée de trois tableaux : au milieu : Saint Roch ; à droite : Saint Augustin ; à gauche : le bienheureux Jean Grande soignant un malade.

Derrière le maître-autel se trouvent plusieurs autels : côté de l’épître : autel Saint-Augustin avec statue et tableau représentant Saint Jean l’Évangéliste ; du côté de l’évangile, autel Saint-Joseph avec statue et tableau de Saint Jean-Baptiste. Au bas des petites nefs, on a placé deux chapelles, à droite : chapelle Notre-Dame-de-Lourdes avec tableau de Saint-Michel ; et au-dessus, un vitrail de Saint Jean de Dieu ; à gauche : chapelle Saint-Antoine de Padoue avec tableau de Saint Raphaël et vitrail représentant Saint Augustin.

Dans la tribune de l’abside, derrière le maître-autel, se trouve un autel-tombeau : Notre-Dame des Sept-Douleurs, tenant le Christ dans ses bras. De chaque côté, dans le fond des tribunes des bas-côtés, on a placé les tableaux de Saint Vincent de Paul et de Saint Jean de Dieu ; en outre, à l’entrée, de chaque côté de la tribune des orgues, les tableaux du bienheureux Jean d’Avila et du vénérable Camacho. Enfin, dans le bas, de chaque côté de l’entrée, les tableaux des Saints Pierre et Paul. À signaler des orgues de 16 jeux, réparées récemment par M. Michel-Merklin.

L’église primitive avait été bénite le 8 décembre 1843, par le chanoine de Serres, vicaire-général, sous le vocable des saints apôtres Pierre et Paul ; l’église actuelle, sa transformation achevée, a été bénite le 18 novembre 1899, sous le même vocable, par le cardinal Coullié.