Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome II.djvu/271

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
253
les oratoriens et saint-polycarpe

martyre. Leurs attitudes sont belles, leurs visages respirent le calme et la grandeur ; elles occupent toute la hauteur du coffre et ne laissent de place qu’au socle et au bord saillant de la table supérieure qui est décorée d’ornements dont les ciselures sont très fines. Au-dessous, derrière les têtes des saintes, court, dans toute sa longueur, une frise d’un motif antique. Au-dessus de l’autel, au centre du retable, dans une niche, la Sainte Vierge entoure de ses deux bras l’Enfant-Jésus qui, debout sur le genou gauche de sa mère dont le pied est posé sur un escabeau, penche la tête vers le peuple et dirige ses mains vers Marie pour indiquer qu’il faut recourir à elle. Ce groupe est attrayant.

La Cène, fresque de M. Janmot, à Saint-Polycarpe.

Le maître-autel, posé le 18 juillet 1806, est artistique ; il est orné sur le devant d’un groupe représentant Notre-Seigneur donnant à saint Pierre le pouvoir des clés. Notons enfin la riche mosaïque du sanctuaire, les marbres de différentes teintes qui parent le chœur même et la fresque de Janmot représentant le moment décisif de la Cène où Jésus-Christ, debout, une main sur son cœur, offre le calice à ses apôtres en disant : « Prenez et buvez. » La chaire, d’un aspect monumental, évoque les ambons des basiliques constantiniennes. Posée en octobre 1864, elle fut décorée, en novembre, des deux statuettes assises de saint Pierre et saint Paul, qui, outre qu’elles contribuent beaucoup à l’effet général, ont, prises à part, une réelle valeur. Elles sont l’œuvre de Dufraisne, l’auteur des principales sculptures de Fourvière ; l’abat-voix en chêne est d’un merveilleux dessin, où le premier regard reconnaît le crayon de Bossan.

À droite, chapelle Saint-Joseph ; l’autel de marbre noir veiné est surmonté d’une statue du saint et plus haut on a peint, dans une fresque, la mort du saint patriarche. Tout à côté, chapelle du Sacré-Cœur avec autel de marbre blanc, décoré d’un bas-relief et surmonté d’une statue du Sacré-Cœur dans une niche dorée. À gauche et à droite on a placé les statues de saint Polycarpe et de sainte Catherine. Dans le transept de droite, on voit la statue de saint Sébastien et des peintures représentant saint Joseph, saint Polycarpe et saint Clair. La chapelle Saint-François-Régis, qui suit, contient la statue du saint ; à gauche, se trouve un petit autel dédié à saint Antoine de Padoue, avec statue du saint religieux et nombreux ex-voto ; plus loin, un tableau représente la Vierge et l’Enfant-Jésus visités par sainte Élisabeth et saint Jean.