Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome II.djvu/322

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
302
histoire des églises et chapelles de lyon

480.000 francs de dettes. » À réfléchir à une pareille demande de dévouement, l’abbé Reuil ne mit que le temps d’un éclair ; son regard brillait : d Monseigneur me nomme, répondit-il, c’est la Providence qui m’envoie. Eh bien ! je pars. »

Vierge-Mère, œuvre de Fabisch, à Sainte-Croix.

Il s’installa à Sainte-Croix, créa des œuvres nombreuses, paya des dettes, et se fit tout à tous. « Peu de prêtres eurent, comme lui, dans notre ville, la confiance des familles ; et aucun ne l’a surpassé dans le désir d’obliger et de faire du bien. Quel accueil toujours empressé on rencontrait auprès de lui ; jamais on ne lui demanda en vain un service ; et s’il arrivait que le service demandé fût en dehors de ses moyens, les affectueuses paroles qui exprimaient ses regrets, attachaient encore à lui par la reconnaissance. Une des ambitions de l’abbé Reuil fut de payer, avant de mourir, les dettes qu’il avait contractées pour son ministère. » Or, il pouvait dire, avec une pointe de satisfaction, qu’il avait dépensé plus d’un million pour les églises et les écoles qu’il avait fondées ou dirigées. Lorsqu’il mourut, le 14 février 1884, son vestiaire se composait « de deux soutanes demi-usées et de deux paires de souliers. Quant à l’argent trouvé dans sa bourse particulière, il n’eût pas suffi à procurer au curé de Sainte-Croix un enterrement de troisième classe ».

Sainte-Croix n’est qu’une église provisoire ; elle présente néanmoins un bon aspect.

Le maître-autel, sans caractère, est en bois peint avec dorures. Il est surmonté d’une immense peinture, copie d’un tableau du Pérugin : Le Christ en croix, avec les personnages accoutumés. Le chœur est éclairé par trois vitraux : la Résurrection et deux anges portant les instruments de la Passion. À droite, chapelle de la sainte Vierge. L’autel de marbre blanc et gris est décoré de cinq médaillons sur fond or contenant les lettres du mot Maria. Le retable est orné de huit colombes d’argent sur fond d’or. Au-dessus de l’autel statue de la Vierge-Mère entourée de deux anges portant l’un une tour, l’autre un calice. À gauche, chapelle Saint-Joseph avec autel de marbre décoré du monogramme du Christ au milieu de feuillages et de branches de lis ; au retable sont sculptés des rinceaux d’épis sur fond d’or ; au-dessus de l’autel statue de saint Joseph, entouré de Noé à genoux lui présentant l’arche, et de Joseph le patriarche de l’Ancien Testament.

Une nef a été ajoutée perpendiculairement aux autres, elle contient la chapelle du Sacré-Cœur avec autel de marbre blanc et gris incrusté d’or et au-dessus une statue du Sacré-Cœur. Dans la même nef, à gauche, se trouvent 1° un groupe : Notre-Dame de Compassion ; 2° un autel dédié à saint Antoine de Padoue en bois peint avec tableau du saint, peint par Mme Payre, née Morice ; 3° un ange contre le pilier