Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome II.djvu/329

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
309
la chana et saint-éloi
La Chana au xviiie siècle (d’après une gravure du temps).

certainement étudier, car on trouve mention d’achat de plumes, encres, heures, etc., mais le magister est si souvent accusé de négliger son devoir qu’on peut supposer qu’il n’y a pas de surmenage. Bien plus tard, seulement, on installera des ateliers. En attendant, les dimanches et jours de fête on les distribue, deux par deux, dans chaque église, pour se tenir auprès des troncs de l’aumône ou des bassins des quêteurs afin d’exciter la charité. Comme distraction, ils ont encore l’assistance aux enterrements. Dès qu’ils ont l’âge et la force suffisante, on les met en apprentissage. »

Saint-Éloi, en 1550 (d’après le plan scénographique).

La chapelle Saint-Éloi se trouvait paroisse Saint-Paul, sur la place de l’ancienne Douane. Elle a disparu depuis longtemps, et tout ce quartier lui-même a été, il y a quelques années, complètement remanié. La chapelle était fréquentée surtout par des étrangers qui habitaient cette région, en particulier des Suisses et des Italiens. Tout proche de là, en effet, se trouvait la Douane, curieuse institution sur laquelle MM. Girau et Duplain vont nous renseigner.