Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome II.djvu/346

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
326
histoire des églises et chapelles de lyon

ardent et sa grande piété, elle eut bientôt conquis l’estime et l’affection de sa supérieure et de ses compagnes.

Chapelle Notre-Dame des Missions.

Après sa profession, sœur Marie fut envoyée à Londres avec une autre religieuse afin d’y commencer un essai de vie apostolique et d’y préparer la création de quelques œuvres. Le Père Faber, supérieur de la congrégation de l’Oratoire, leur confia un orphelinat de petites filles, ramassées dans les plus misérables quartiers de Londres. La congrégation du Verbe-Divin, qui bientôt s’y réunit tout entière, changea alors de nom ; elle devint l’institut de Notre-Dame de Compassion. Les œuvres se développèrent, et plus de sept cents jeunes filles recevaient, dans des orphelinats ou des écoles, les bienfaits de l’éducation chrétienne. Sœur Marie du Cœur de Jésus, l’âme de la communauté et de ses œuvres, fut nommée assistante et maîtresse des novices.

L’institut Notre-Dame de la Compassion avait été fondé dans le but d’envoyer des sujets dans les pays étrangers. En se transportant à Londres et en acceptant la bienveillante tutelle des pères de l’Oratoire, on s’était vu obligé, par déférence pour les nouveaux directeurs, de renoncer aux missions lointaines pour se vouer exclusivement aux œuvres catholiques d’Angleterre. Néanmoins, quand les supérieurs de la Société de Marie demandèrent des religieuses pour leurs établissements d’Océanie, mère Saint-Jean, supérieure de l’institut de la Compassion qui connaissait depuis longtemps l’attrait de sœur Marie pour la vie apostolique et qui, mieux que personne, appréciait ses hautes qualités et ses vertus, s’empressa de la proposer pour la fondation projetée. Ces propositions furent acceptées et mère Marie dit adieu à ses compagnes de Londres.

Le 15 août 1861, sous la conduite du Père Favre, supérieur général des Maristes, elle arrivait à Lyon en compagnie d’une jeune sœur anglaise, et le jour de Noël, ce zélé religieux donnait l’habit aux deux sœurs Marie du Cœur de Jésus et Marie-Saint-Wilfrid. L’institut Notre-Dame-des-Missions était fondé.

On se chargea de l’éducation de jeunes orphelines, mais on se trouva bientôt à l’étroit dans