Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome II.djvu/375

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
353
saint-nizier

dans la nef et le maître-autel en était séparé par une balustrade en cuivre. Le chœur fut transféré à l’extrémité de l’église. Plus tard encore l’autel fut placé à l’intersection de la nef et des bras de la croix. M. Peyssou avait donné 1.000 écus pour le reconstruire en marbre, mais il ne vécut pas jusqu’à l’accomplissement de son projet. »

Saint-Nizier. Gargouille.

À la Révolution, Saint-Nizier subit bien des outrages ; l’édifice fut néanmoins préservé de dommages plus considérables, par le courage de P. Cayre, commissaire du Directoire, de II. Lenoir le père, enfin de l’abbé Navarre, ancien président du chapitre. Cayre demanda « que Saint-Nizier fût rendu à son ancienne destination. Grâce à sa persévérance courageuse et à son désintéressement, il triompha de l’opposition la plus vive, il obtint des ordres positifs pour prendre possession de l’église dont les clefs lui furent remises le 25 germinal an V. Le 7 brumaire an VI, l’église fut bénite de nouveau et consacrée par MM. Renaud et Ponçon. Le 1er ventôse an VIII, Primat, devenu évêque de Lyon, vint établir son siège à Saint-Nizier », qui devint ainsi la cathédrale du clergé assermenté. Mais, après la Révolution, elle fut réconciliée au culte catholique.

Saint-Nizier est un vaste édifice gothique à trois nefs avec chapelles latérales. La façade est, comme on la dit, de style Renaissance, elle est surmontée de deux tours avec flèches aiguës, dissemblables : lune du xvie siècle, de même ordre que la façade, l’autre, de style gothique, construite au xixe siècle, par M. Benoît, architecte.

Saint-Nizier. Galeries et pignons.

La façade est ornée de plusieurs statues ; ce sont : au-dessus de la porte principale, saint Nizier ; plus haut, le Sacré-Cœur ; enfin, au sommet, la Vierge Mère. Au-devant des deux clochers se trouvent les statues des saints Pierre et Paul.

Le maître-autel est de marbre blanc ; il est décoré d’un bas-relief représentant, séparés par des colonnettes, Notre-Seigneur et les apôtres. Une barrière de marbre blanc entoure le chœur par devant et sur les côtés ; de grandes boiseries revêtent les murs de l’abside et encadrent les buffets d’orgues situées à gauche et à droite de l’autel. Au milieu, à la hauteur de la tribune, se voit un grand Christ. La petite nef de droite renferme les chapelles, dont voici l’énumération.

1° Chapelle de la Croix ; l’autel de marbre blanc et noir est orné du monogramme du Christ.

2° Chapelle dans le transept, sous le vocable de Notre-Dame-de-Grâces. L’autel de marbre blanc est décoré d’un magnifique bas-relief, les apôtres se rendant au tombeau de Marie après son Assomption ; au-dessus de l’autel, statue historique de Notre-Dame-