Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome II.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
25
notre-dame de fourvière

à la nation, pour l’y maintenir. Dieu fut plus clément que les hommes ; il le rappela promptement à Lui ; le vieillard mourut, le 24 octobre 1791 ; ses funérailles furent célébrées à Saint-Just ; mais on rapporta sa dépouille dans la chapelle de la Vierge, dont il avait été le restaurateur ; il était juste qu’il eût son tombeau auprès de l’image qu’il avait tant honorée.

Fourvière en 1830 (D’après un dessin du temps).

À cette date, la Constitution civile du clergé avait déjà causé, à Fourvière, comme dans le reste de la ville et du diocèse, les plus graves perturbations. Les chanoines avaient été licenciés ; leurs maisons du cloître avaient été vendues aux enchères, dans le courant des mois de février et de mars ; leur église n’était plus qu’un simple oratoire, dépendant de la paroisse Saint-Just et placé sous le gouvernement de l’intrus, l’abbé Bottin, un des plus bouillants jureurs, que les Jacobins aient recruté. Dès le 23 juin 1790, les officiers municipaux avaient procédé à l’inventaire des biens, meubles et immeubles, et à la vérification de la déclaration, fournie par le sacristain au lieutenant-général de la sénéchaussée, M. Basset. Le 17 décembre, le curé prêtait serment, mais il se rétractait, le 28 mars 1791, sans pouvoir persuader son vicaire, Vincent Rozier, d’imiter son exemple. Le culte fut peu à peu réduit à un minimum dérisoire. Les portes, closes pendant la semaine, n’étaient entre-bâillées que la matinée du dimanche, pour une messe basse, entrecoupée par la lecture des pastorales de Lamourette ou des instructions civiques du directoire départemental.

Une tradition, d’un caractère sérieux, affirme que plusieurs prêtres réfractaires, en particulier M. Grobos, ex-vicaire de M. Courbon, à Sainte-Croix, plus tard secrétaire général de l’Archevêché, furent admis assez longtemps à célébrer les saints mystères. Le fait est vraisemblable, pour les premiers mois de 1791, tant que Bottin ne fut pas le maître ; mais après, sous son administration, son caractère d’intolérant fanatisme ne lui aurait pas permis de supporter, à ses côtés, des insermentés, fidèles à tous les devoirs de conscience et d’honneur qu’il avait trahis. Quel triste gardien subissait le sanctuaire, voué à la Vierge