Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome II.djvu/418

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
396
histoire des églises et chapelles de lyon

SAINT-SÉBASTIEN

Saint-Sébastien au xvie siècle (d’après le plan scénographique de 1550).

Dans le premier volume, nous avons parlé des recluseries et nommé Saint-Sébastien. Cet oratoire, au sommet de la montée qui porte ce nom, était une des plus anciennes recluseries. Lorsque les solitaires disparurent de Lyon, Saint-Sébastien devint un simple bénéfice appartenant à Ainay. Les religieux confièrent le service de la chapelle à des prêtres moyennant une légère rétribution. Plus tard, en 1669, les religieuses Sainte-Élisabeth, protégées par le marquis de Coligny, et dites pour cela Colinettes, achetèrent la chapelle et le terrain qui l’entourait. L’oratoire a depuis longtemps disparu, mais nous en donnons une vue qui en perpétuera le souvenir. Il n’est plus représenté que par le nom de la montée Saint-Sébastien. Celte chapelle a pourtant eu son heure de célébrité, il s’y faisait même parfois des processions et des cérémonies dont les archives pourraient fournir des détails intéressants.

CHAPELLE DU PONT DU RHÔNE OU DU SAINT-ESPRIT

Une chapelle sur un pont : la chose ne se voit plus, mais a existé longtemps à Lyon. Voici quelques notes sur le pont de la Guillotière et la chapelle du Saint-Esprit.

Notre ville, jusqu’au xiie siècle, ne posséda qu’un pont de bois ou de bateaux. À l’époque des croisades celui-ci s’écroula sous le passage des troupes de Richard Cœur-de-Lion. Peu après, les religieux appelés frères pontifes, dont la mission singulièrement bienfaisante était de construire des ponts, se mirent à bâtir les premières piles, en pierre, cette fois, mais le pont entier ne fut achevé que bien longtemps plus tard au xvi^ siècle. Il était beaucoup plus long qu’on ne le voit actuellement, parce que en élargissant la rue de la