Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome II.djvu/417

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
395
hospitaliers-veilleurs

à Notre-Dame-des-Victoires ; elle est de style roman, ne comporte qu’une nef avec chapelle absidiale et deux chapelles latérales. Le maître-autel est décoré d’un bas-relief. Dans la chapelle absidiale, on a placé une statue de Notre-Dame des Victoires. Les chapelles latérales sont dédiées, à droite, à saint Joseph, à gauche, au Sacré-Cœur ; elles possèdent chacune une statue. La table de communion est sur le modèle de celle de la chapelle des Pères Jésuites de la rue Sainte-Hélène : on y voit des oiseaux pécorant des raisins. La chapelle est éclairée par deux vitraux ; à droite saint Joseph, à gauche la Sainte Vierge sous le titre de Notre-Dame des Anges. Ils sont de notre collaborateur M. L. Bégule, qui les a placés en 1888.

HOSPITALIERS-VEILLEURS

Diplôme des Hospitaliers-Veilleurs.

Notre but n’est point d écrire l’histoire des œuvres dont Lyon peut s’enorgueillir. On nous saura gré pourtant de dire quelques mots de l’œuvre des Hospitaliers-Veilleurs, qui occupe, depuis le xviiie siècle, dans notre cité, un rang si avantageux. L’association actuelle provient de la fusion de deux anciennes congrégations séculières. L’œuvre des Hospitaliers-Veilleurs a été fondée en 1764. Le jour de la Saint-Étienne, quelques ouvriers se réunissaient avec l’approbation de Mgr l’archevêque et convenaient de se répandre chaque dimanche dans les églises les plus délaissées de la ville pour y adorer le Saint-Sacrement, exercer des œuvres de bienfaisance envers les pauvres, les infirmes, les orphelins, les prisonniers, instruire les ignorants et les illetrés que l’autorité ecclésiastique leur confiait. Autrefois, il était possible aux confrères de pénétrer dans les prisons et d’y porter des consolations surnaturelles et des réconforts humains ; ils peignaient et rasaient les captifs dans les prisons, et les malades dans les hôpitaux.

Aujourd’hui les confrères se dispersent le dimanche dans les quartiers les plus pauvres de la ville, vont raser les vieillards et les pauvres, leur porter quelques bons de pain et des paroles d’encouragement.