Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome II.djvu/443

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
419
saint-bonaventure

donc à nos lecteurs, comme une promenade circulaire dans le temple, partant de l’extrémité de l’absidiole droite, côté de l’épître, descendant vers l’entrée, pour remonter ensuite dans le collatéral gauche, jusqu’à son extrémité, côté de l’évangile. À mesure qu’elles se rencontreront, nous indiquerons le nom de ces chapelles, leurs divers titulaires, et quel genre de fidèles y tenaient leurs assemblées, y déployaient leurs bannières, y possédaient leurs caveaux funèbres.

Inscription tumulaire dans la chapelle du Christ.

La première, face à la nef, dédiée à Notre-Dame de Grâces, plus tôt à Notre-Dame des Anges, ou à Notre-Dame de Lorette, était affectée aux marchands boutonniers ; la seconde, sur le côté droit, était placée sous le patronage de saint Fortunat, à l’usage des affaneurs et des emballeurs ; les trois suivantes jusqu’à la petite porte occidentale, appartenaient l’une aux tailleurs, sous l’invocation de saint Jacques et de saint Philippe et aussi de saint Hommebon, l’autre, aux membres du Cordon de saint François, la dernière, aux teinturiers, avec Saint-Maurice pour vocable. Saint-Antoine de Padoue venait ensuite ; il y avait une statue de sainte Marthe pour les logeuses, de saint Sixte pour les aubergistes ; les taverniers et les pigniers y prétendaient aussi des droits. La chapelle de saint Simon et de saint Jude était réservée aux corroyeurs, celle de saint Matthieu, à la suite, aux tondeurs de drap ; les cergiers et les confituriers invoquaient sainte Geneviève, dans la dernière. À gauche, saint Hubert réunissait, autour de son image, et près du cerf miraculeux, les fondeurs, les doreurs sur métal, les ceinturiers et faiseurs de baudriers ; au-dessus, les fondateurs de la chapelle Saint-Michel, les Jucuria, maison princière d’Allemagne, avaient disparu et leurs droits étaient périmés ; on la nommait la cliapelle des chandeliers ; ils la partageaient avec les poulaliers, dont la rue était voisine, et les fromagiers à cause de la balance de l’archange. Le titre de l’Annonciade avait été aboli ; saint Luc et saint Clair