Page:Marx - Le Capital, Lachâtre, 1872.djvu/161

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


siècle, il ne dit mot de ce que l’homme serait remplacé comme moteur par l’âne, et cependant c’est à l’âne que ce rôle échut. Une machine pour « filer sans doigts », tel fut son prospectus[1].

Tout mécanisme développé se compose de trois parties essentiellement différentes : moteur, transmission et machine d’opération. Le moteur donne l’impulsion à tout le mécanisme. Il enfante sa propre force de mouvement comme la machine à vapeur, la machine électro‑magnétique, la machine calorique, etc., ou bien reçoit l’impulsion d’une force naturelle externe, comme la roue hydraulique d’une chute d’eau, l’aile d’un moulin à vent des courants d’air.

La transmission, composée de balanciers, de roues circulaires, de roues d’engrenage, de volants, d’arbres moteurs, d’une variété infinie de cordes, de courroies, de poulies, de leviers, de plans inclinés, de vis, etc., règle le mouvement, le distribue, en change la forme, s’il le faut, de rectangulaire en rotatoire et vice versa, et le transmet à la machine-outil.

Les deux premières parties du mécanisme n’existent, en effet, que pour communiquer à cette dernière le mouvement qui lui fait attaquer l’objet de travail et en modifier la forme. C’est la machine-outil qui inaugure au dix-huitième siècle la révolution industrielle ; elle sert encore de point de départ toutes les fois qu’il s’agit de transformer le métier ou la manufacture en exploitation mécanique.

En examinant la machine-outil, nous retrouvons en grand, quoique sous des formes modifiées, les appareils et les instruments qu’emploie l’artisan ou l’ouvrier manufacturier, mais d’instruments manuels de l’homme ils sont devenus instruments mécaniques d’une machine. Tantôt la machine entière n’est qu’une édition plus ou moins revue et corrigée du vieil instrument manuel, — c’est le cas pour le métier à tisser mécanique[2], — tantôt les organes d’opération, ajustés à la charpente de la machine-outil, sont d’anciennes connaissances, comme les fuseaux de la Mule‑Jenny, les aiguilles du métier à tricoter des bas, les feuilles de scie de la machine à scier, le couteau de la machine à hacher, etc. La plupart de ces outils se distinguent par leur origine même de la machine dont ils forment les organes d’opération. En général on les produit aujourd’hui encore par le métier ou la manufacture, tandis que la machine, à laquelle ils sont ensuite incorporés, provient de la fabrique mécanique[3].

La machine-outil est donc un mécanisme qui, ayant reçu le mouvement convenable, exécute avec ses instruments les mêmes opérations que le travailleur exécutait auparavant avec des instruments pareils. Dès que l’instrument, sorti de la main de l’homme, est manié par un mécanisme, la machine-outil a pris la place du simple outil. Une révolution s’est accomplie alors même que l’homme reste le moteur. Le nombre d’outils avec lesquels l’homme peut opérer en même temps est limité par le nombre de ses propres organes. On essaya, au dix-huitième siècle, en Allemagne de faire manœuvrer simultanément deux rouets par un fileur. Mais cette besogne a été trouvée trop pénible. Plus tard on inventa un rouet à pied avec deux fuseaux ; mais les virtuoses capables de filer deux fils à la fois étaient presque aussi rares que des veaux à deux têtes. La Jenny, au contraire, même dans sa première ébauche, file avec douze et dix-huit fuseaux ; le métier à bas tricote avec plusieurs milliers d’aiguilles. Le nombre d’outils qu’une même machine d’opération met en jeu simultanément est donc de prime abord émancipé de la limite organique que ne pouvait dépasser l’outil manuel.

Il y a bien des instruments dont la construction même met en relief le double rôle de l’ouvrier comme simple force motrice comme exécuteur de la main-d’œuvre proprement dite. Prenons, par exemple, le rouet. Sur sa marchette, le pied agit simplement comme moteur, tandis que les doigts filent en travaillant au fuseau. C’est précisément cette dernière partie de l’instrument, l’organe de l’opération manuelle, que la révolution industrielle saisit tout d’abord, laissant à l’homme, à côté de nouvelle besogne de surveiller la machine et d’en corriger les erreurs de sa main, le rôle purement mécanique de moteur.

Il y a une autre classe d’instruments sur lesquels l’homme agit toujours comme simple force motrice, en tournant, par exemple, la manivelle d’un moulin[4], en manœuvrant une pompe, en écar-

  1. On se servait déjà avant lui de machines pour filer, très imparfaites, il est vrai ; et c’est en Italie probablement qu’ont paru les premières. Une histoire critique de la technologie ferait voir combien il s’en faut généralement qu’une invention quelconque du dix-huitième siècle appartienne à un seul individu. Il n’existe aucun ouvrage de ce genre. Darwin a attiré l’attention sur l’histoire de la technologie naturelle, c’est-à-dire sur la formation des organes des plantes et des animaux considérés comme moyens de production pour leur vie. L’histoire des organes productifs de l’homme social, base matérielle de toute organisation sociale, ne serait-elle pas digne de semblables recherches ? Et ne serait-il pas plus facile de mener cette entreprise à bonne fin, puisque, comme dit Vico, l’histoire de l’homme se distingue de l’histoire de la nature en ce que nous avons fait celle-là et non celle-ci ? La technologie met à nu le mode d’action de l’homme vis-à-vis de la nature, le procès de production de sa vie matérielle, et, par conséquent, l’origine des rapports sociaux et des idées ou conceptions intellectuelles qui en découlent. L’histoire de la religion elle-même, si l’on fait abstraction de cette base matérielle, manque de critérium. Il est en effet bien plus facile de trouver par l’analyse, le contenu, le noyau terrestre des conceptions nuageuses des religions, que de faire voir par une voie inverse comment les conditions de la vie réelle revêtent peu à peu une forme éthérée. C’est là la seule méthode matérialiste, par conséquent scientifique. Pour ce qui est du matérialisme abstrait des sciences naturelles, qui ne fait aucun cas du développement historique, ses défauts éclatent dans la manière de voir abstraite et idéologique de ses porte-parole, dès qu’ils se hasardent à faire un pas hors de leur spécialité.
  2. Dans la première forme mécanique du métier à tisser, on reconnaît au premier coup d’œil l’ancien métier. Dans sa dernière forme moderne cette analogie a disparu.
  3. Ce n’est que depuis vingt ans environ qu’un nombre toujours croissant de ces outils mécaniques sont fabriqués mécaniquement en Angleterre, mais dans d’autres ateliers de construction que les charpentes des machines d’opération. Parmi les machines qui servent à la fabrication d’outils mécaniques, on peut citer l’automatique bobbin-making engine, le card-setting engine, les machines à forger les broches des mules et des métiers continus, etc.
  4. « Tu ne dois pas, dit Moïse d’Égypte, lier les naseaux du