Page:Marx - Le Capital, Lachâtre, 1872.djvu/229

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


au contraire obtient 3/4 du produit ou de sa valeur[1], de quelque manière que le butin se partage ensuite entre le capitaliste et le propriétaire foncier, etc. Le surtravail de l’ouvrier anglais est dans ce cas à son travail nécessaire comme 3 est à 1, c’est‑à‑dire que le degré d’exploitation est de 300%.

La méthode de l’école classique, qui est de traiter la journée de travail comme une grandeur constante, a trouvé un appui dans l’application des formules II, parce que là on compare toujours le surtravail avec une journée de travail donnée. Il en est de même quand on considère exclusivement la distribution de la valeur produite. Du moment que la journée de travail s’est déjà réalisée dans une valeur, ses limites ont nécessairement été données.

L’habitude d’exposer la plus-value et la valeur de la force de travail comme des fractions de la somme de valeur produite dissimule le fait principal, l’échange du capital variable contre la force de travail, fait qui implique que le produit échoit au non-producteur. Le rapport entre le capital et le travail revêt alors la fausse apparence d’un rapport d’association dans lequel l’ouvrier et l’entrepreneur se partagent le produit suivant la proportion des divers éléments qu’ils apportent[2].

Les formules II peuvent d’ailleurs être toujours ramenées aux formules I. Si nous avons par exemple la proportion , alors le temps de travail nécessaire est égal à la journée de douze heures moins six heures de surtravail, et l’on obtient :

Voici une troisième formule que nous avons déjà quelquefois anticipée :

III.

La formule n’est qu’une expression populaire de celle-ci : .

Après nos développements antérieurs, elle ne peut plus donner lieu à cette erreur populaire que ce que le capitaliste paye est le travail et non la force de travail. Ayant acheté cette force pour un jour, une semaine, etc., le capitaliste obtient en échange le droit de l’exploiter pendant un jour, une semaine, etc. Le temps d’exploitation se divise en deux périodes. Pendant l’une, le fonctionnement de la force ne produit qu’un équivalent de son prix ; pendant l’autre, il est gratuit et rapporte, par conséquent, au capitaliste une valeur pour laquelle il n’a donné aucun équivalent, qui ne lui coûte rien[3]. En ce sens, le surtravail, dont il tire la plus-value, peut être nommé du travail non payé.

Le capital n’est donc pas seulement, comme dit Adam Smith, le pouvoir de disposer du travail d’autrui ; mais il est essentiellement le pouvoir de disposer d’un travail non payé. Toute plus-value, qu’elle qu’en soit la forme particulière, — profit, intérêt, rente, etc., — est en substance la matérialisation d’un travail non payé. Tout le secret de la faculté prolifique du capital, est dans ce simple fait qu’il dispose d’une certaine somme de travail d’autrui qu’il ne paye pas.

  1. La partie du produit qui compense simplement le capital constant avancé est mise de côté dans ce calcul. M. Léonce de Lavergne, admirateur aveugle de l’Angleterre, donne ici un rapport plutôt trop bas que trop élevé.
  2. Toutes les formes développées du procès de production capitaliste étant des formes de la coopération, rien n’est naturellement plus facile que de faire abstraction de leur caractère antagoniste et de les transformer ainsi d’un coup de baguette en formes d’association libre, comme le fait le comte A. de Laborde dans son ouvrage intitulé : De l’esprit d’association dans tous les intérêts de la communauté. Paris, 1818. Le Yankee H. Carey exécute ce tour de force avec le même succès à propos même du système esclavagiste.
  3. Quoique les physiocrates n’aient pas pénétré le secret de la plus-value, ils ont au moins reconnu qu’elle est « une richesse indépendante et disponible qu’il (son possesseur) n’a point achetée et qu’il vend. » (Turgot, l. c., p. 11.)