Page:Marx - Le Capital, Lachâtre, 1872.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


SIXIÈME SECTION
LE SALAIRE




CHAPITRE XIX
TRANSFORMATION DE LA VALEUR OU DU PRIX DE LA FORCE DE TRAVAIL EN SALAIRE


À la surface de la société bourgeoise la rétribution du travailleur se représente comme le salaire du travail : tant d’argent payé pour tant de travail. Le travail lui-même est donc traité comme une marchandise dont les prix courants oscillent au-dessus ou au‑dessous de sa valeur.

Mais qu’est‑ce que la valeur ? La forme objective du travail social dépensé dans la production d’une marchandise. Et comment mesurer la grandeur de valeur d’une marchandise ? Par la quantité de travail qu’elle contient. Comment dès lors déterminer, par exemple, la valeur d’une journée de travail de douze heures ? Par les douze heures de travail contenues dans la journée de douze heures, ce qui est une tautologie absurde[1].

Pour être vendu sur le marché à titre de marchandise, le travail devrait en tout cas exister auparavant. Mais si le travailleur pouvait lui donner une existence matérielle, séparée et indépendante de sa personne, il vendrait de la marchandise et non du travail[2].

Abstraction faite de ces contradictions, un échange direct d’argent, c’est‑à‑dire de travail réalisé, contre du travail vivant, ou bien supprimerait la loi de la valeur qui se développe précisément sur la base de la production capitaliste, ou bien supprimerait la production capitaliste elle-même qui est fondée précisément sur le travail salarié. La journée de travail de douze heures se réalise par exemple dans une valeur monétaire de six francs. Si l’échange se fait entre équivalents, l’ouvrier obtiendra donc six francs pour un travail de douze heures, ou le prix de son travail sera égal au prix de son produit. Dans ce cas il ne produirait pas un brin de plus-value pour l’acheteur de son travail, les six francs ne se métamorphoseraient pas en capital et la base de la production capitaliste disparaîtrait. Or c’est précisément sur cette base qu’il vend son travail et que

  1. « M. Ricardo évite assez ingénieusement une difficulté, qui à première vue menace d’infirmer sa doctrine que la valeur dépend de la quantité de travail employée dans la production. Si l’on prend ce principe à la lettre, il en résulte que la valeur du travail dépend de la quantité de travail employée à le produire, ce qui est évidemment absurde. Par un détour adroit, M. Ricardo fait dépendre la valeur du travail de la quantité de travail requise pour produire les salaires, par quoi il entend la quantité de travail requise pour produire l’argent ou les marchandises données au travailleur. C’est comme si l’on disait que la valeur d’un habillement est estimée, non d’après la quantité de travail dépensée dans sa production, mais d’après la quantité de travail dépensée dans la production de l’argent contre lequel l’habillement est échangé. » (Critical Dissertation on the nature, etc., of value, p. 50, 51.)
  2. « Si vous appelez le travail une marchandise, ce n’est pas comme une marchandise qui est d’abord produite en vue de l’échange et portée ensuite au marché, où elle doit être échangée contre d’autres marchandises suivant les quantités de chacune qui peuvent se trouver en même temps sur le marché ; le travail est créé au moment où on le porte au marché ; on peut dire même qu’il est porté au marché avant d’être créé. » (Observations on some verbal disputes, etc., p. 75, 76.)