Page:Marx - Le Capital, Lachâtre, 1872.djvu/292

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


troisième rang. « Ici, dans une des villes les plus riches de l’Europe, la pauvreté réduite au plus extrême dénuement (blank poverty) surabonde, ainsi que la misère domestique[1]. »

c) La population nomade — Les mineurs.

Les nomades du prolétariat se recrutent dans les campagnes, mais leurs occupations sont en grande partie industrielles. C’est l’infanterie légère du capital, jetée suivant les besoins du moment, tantôt sur un point du pays, tantôt sur un autre. Quand elle n’est pas en marche, elle campe. On l’emploie à la bâtisse, aux opérations de drainage, à la fabrication de la brique, à la cuite de la chaux, à la construction des chemins de fer, etc. Colonne mobile de la pestilence, elle sème sur sa route, dans les endroits où elle assoit son camp et alentour, la petite vérole, le typhus, le choléra, la fièvre scarlatine, etc[2]. Quand des entreprises, telles que la construction des chemins de fer, etc., exigent une forte avance de capital, c’est généralement l’entrepreneur qui fournit à son armée des baraques en planches ou des logements analogues, villages improvisés sans aucunes mesures de salubrité, en dehors de la surveillance des autorités locales, mais sources de gros profits pour monsieur l’entrepreneur, qui exploite ses ouvriers et comme soldats de l’industrie et comme locataires. Suivant que la baraque contient un, deux ou trois trous, l’habitant, terrassier, maçon, etc., doit payer par semaine 1, 2, 3 sh.[3]. Un seul exemple suffira : En septembre 1864 rapporte le docteur Simon, le président du Nuisance Removal Committee de la paroisse de Sevenoaks dénonça au ministre de l’Intérieur, Sir George Grey, les faits suivants :

« Dans cette paroisse, la petite vérole était encore, il y a un an, à peu près inconnue. Un peu avant cette époque, on commença à percer une voie ferrée de Lewisham à Tunbridge. Outre que le gros de l’ouvrage s’exécuta dans le voisinage immédiat de cette ville, on y installa aussi le dépôt central de toute la construction. Comme le grand nombre des individus ainsi occupés ne permettait pas de les loger tous dans des cottages l’entrepreneur, M. Jay, afin de mettre ses ouvriers à l’abri, fit construire sur différents points, le long de la voie, des baraques dépourvues de ventilation et d’égouts, et de plus nécessairement encombrées, car chaque locataire était obligé d’en recevoir d’autres chez lui, si nombreuse que fût sa propre famille et bien que chaque hutte n’eût que deux chambres. D’après le rapport médical qu’on nous adresse, il résulta de tout ceci que ces pauvres gens, pour échapper aux exhalaisons pestilentielles des eaux croupissantes et des latrines situées sous leurs fenêtres, avaient à subir pendant la nuit tous les tourments de la suffocation. Des plaintes furent enfin portées devant notre comité par un médecin qui avait eu l’occasion de visiter ces taudis. Il s’exprima en termes amers sur l’état de ces soi-disant habitations, et donna à entendre qu’il y avait à craindre les conséquences les plus funestes, si quelques mesures de salubrité n’étaient pas prises sur-le-champ. Il y a un an environ, M. Jay s’engagea à faire préparer une maison où les gens qu’il occupe devaient passer aussitôt qu’ils seraient atteints de maladie contagieuse. Il a renouvelé sa promesse vers la fin du mois de juillet dernier, mais il n’a rien fait, bien que depuis lors on ait eu à constater plusieurs cas de petite vérole dans les cabanes mêmes qu’il me décrivit comme étant dans des conditions effroyables. Pour votre information (celle du ministre) je dois ajouter que notre paroisse possède une maison isolée, dite la maison des pestiférés (pesthouse), où les habitants atteints de maladies contagieuses reçoivent des soins. Cette maison est depuis des mois encombrée de malades. Dans une même famille, cinq enfants sont morts de la petite vérole et de la fièvre. Depuis le premier avril jusqu’au premier septembre de cette année, il n’y a pas eu moins de dix cas de morts de la petite vérole, quatre dans les susdites cabanes, le foyer de la contagion. On ne saurait indiquer le chiffre des cas de maladie, parce que les familles qui en sont affligées font tout leur possible pour les cacher[4]. »

Les houilleurs et les autres ouvriers des mines appartiennent aux catégories les mieux payées de la classe ouvrière anglaise. À quel prix ils achètent leur salaire, on l’a vu précédemment[5]. Mais ici nous ne considérons leur situation que sous le rapport de l’habitation. En général, l’exploiteur de la mine, qu’il en soit le propriétaire ou le locataire, fait construire un certain nombre de cottages pour ses ouvriers. Ceux-ci reçoivent en outre du charbon gratis, c’est-à-dire qu’une partie de leur salaire leur est payée en charbon et non en argent. Les autres, qu’on ne peut loger de cette façon, obtiennent en compensation quatre l. st. par an.

Les districts des mines attirent rapidement une grande population composée des ouvriers mineurs et des artisans, débitants, etc., qui se groupent autour d’eux. Là, comme partout où la population est très dense, la rente foncière est très élevée. L’entrepreneur cherche donc à établir à l’ouverture des mines, sur l’emplacement le plus étroit possible, juste autant de cottages qu’il en faut pour parquer les ouvriers et leurs familles. Quand on ouvre, aux environs, des mines nouvelles, ou que l’on reprend l’exploitation des anciennes, la presse devient naturellement extrême. Un seul motif préside à la construction de ces cottages, « l’abstinence » du capitaliste, son aversion pour toute dépense d’argent comptant qui n’est pas de rigueur.

  1. L. c., p. 50.
  2. Public Health. Seventh Report. Lond., 1865, p. 18.
  3. L. c., p. 165.
  4. L. c., p. 18, note. Le curateur des pauvres de la Chapel en le Frith-Union écrit dans un rapport au Registrar général : « À Doveholes, on a percé, dans une grande colline de terre calcaire, un certain nombre de petites cavités servant d’habitation aux terrassiers et autres ouvriers occupés au chemin de fer. Elles sont étroites, humides, sans décharge pour les immondices et sans latrines. Pas de ventilation, si ce n’est au moyen d’un trou à travers la voûte, lequel sert en même temps de cheminée. La petite vérole y fait rage et a déjà occasionné divers cas de mort parmi les Troglodytes. » L. c., n. 2.
  5. La note donnée à la fin de la section IV se rapporte surtout aux ouvriers des mines de charbon. Dans les mines de métal, c’est encore bien pis. Voy. Le Rapport consciencieux de la « Royal Commission » de 1864.