Page:Marx - Misère de la philosophie.djvu/233

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

transformées en moyen de production, de secondes mises de capital, on augmente la terre capital sans rien ajouter à la terre matière, c’est-à-dire à l’étendue de la terre. La terre matière de M. Proudhon, c’est la terre comme borne. Quant à l’éternité qu’il attribue à la terre, nous voulons bien qu’elle ait cette vertu comme matière. La terre capital n’est pas plus éternelle que tout autre capital.

L’or et l’argent, qui donnent l’intérêt, sont aussi durables et éternels que la terre. Si le prix de l’or et de l’argent baisse tandis que celui de la terre va haussant, cela ne vient certes pas de sa nature plus ou moins éternelle.

La terre capital est un capital fixe, mais le capital fixe s’use aussi bien que les capitaux circulants. Les améliorations apportées à la terre ont besoin de reproduction et d’entretien ; elles ne durent qu’un temps et elles ont cela de commun avec toutes les autres améliorations dont on se sert pour transformer la matière en moyen de production. Si la terre capital était éternelle, certains terrains présenteraient un tout autre aspect qu’ils n’ont aujourd’hui, et nous verrions la campagne de Rome, la Sicile, la Palestine, dans tout l’éclat de leur ancienne prospérité.

Il y a même des cas où la terre capital pourrait disparaître, alors même que les améliorations resteraient incorporées à la terre.

D’abord, cela arrive toutes les fois que la rente