Page:Marx et Engels - Le manifeste communiste, I.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Socialiste de New-York. Une traduction nouvelle est en voie de préparation. Une édition russe parut à Genève vers 1860. Il eut enfin une traduction danoise peu de temps après la publication.

Malgré les changements qui se sont passes dans les vingt-cinq dernières années, les principes généraux que développe ce manifeste demeurent, tout compte fait, d’une justesse parfaite même de nos jours. Il y aurait lieu d’amender quelques détails. L’application pratique des principes, au dire du manifeste lui-même, dépendra toujours, et partout, des circonstances historiquement données. C’est pourquoi nous n’attachons aucune importance particulière aux mesures révolutionnaires proposées à la fin du chapitre II. Ce passage aujourd’hui devrait être modifié en plusieurs de ses termes. Les progrès immenses accomplis par la grande industrie dans les vingt-cinq dernières années, les progrès parallèles accomplis par la classe ouvrière organisée en parti, les expériences pratiques, d’abord de la Révolution de février ensuite et bien plus de la Commune, ou pour la première fois, durant deux mois, le prolétariat a eu en mains le pouvoir politique, font, paraître vieilli plus d’un passage de ce programme. La Commune notamment a fourni la preuve que « la classe ouvrière n’est pas en état de simplement s’emparer du mécanisme politique existant, et de le mettre en marche pour son service propre. » (Voir dans La guerre civile en France, la circulaire du Conseil général de