Page:Mary Summer - Histoire du Bouddha Sakya-Mouni, 1874.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



II.

MONASTÈRES. — FONDATION DE L’ORDRE DES RELIGIEUSES.


Le maître, avec ses nouveaux disciples, était retourné au monastère des Bambous, pour y passer la mauvaise saison. Il habitait aussi quelquefois le couvent de Nâlanda, à sept milles au nord de Râdjagriha, sur une des collines qui entourent la ville. Quand le pèlerin Hiouen-Thsang visita Nâlanda, on y comptait dix mille religieux ou étudiants en théologie. Aujourd’hui les tombes musulmanes ont remplacé les pagodes et les stoupas, élevés jadis par la piété des rois Bouddhistes.

Mais le plus important des monastères était celui de Djêtavana, offert par Anâtha-Pindika, riche marchand de Srâvasti. Tout en s’occupant à Râdjagriha des affaires de son commerce, l’honnête marchand n’oubliait pas son âme, et il se convertit à la religion nouvelle. De retour dans son