Page:Mary Summer - Histoire du Bouddha Sakya-Mouni, 1874.djvu/192

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


père mourir de faim, il était devenu bien sensible.

Les rois s’empressèrent de faire bâtir des temples pour y enfermer les reliques, mais le pieux Kâcyapa n’était pas satisfait ; celui qui allait convoquer le premier concile pour empêcher la doctrine de s’altérer, regrettait de voir se disperser ainsi les restes du maître. Il sut persuader à tous les rois de lui confier la plus grande partie des reliques, et d’en garder seulement quelques-unes pour les offrir à l’adoration du peuple. Kâcyapa s’entendit ensuite avec Adjâtasatrou pour construire un monument dont la destination fût ignorée de tous.

Dans un lieu désert et peu accessible, on creusa profondément le sol ; on bâtit, dans les entrailles de la terre, une chapelle d’airain ; au centre furent placés six coffrets contenant les reliques ; pour plus de sûreté, chaque coffret était, lui-même, enfermé dans plusieurs boîtes de métal. Mille lampes, remplies d’huile parfumée, brûlaient nuit et jour, entretenues par les dieux ; des bas-reliefs représentant le Bouddha, dans ses cinq cent cinquante dernières existences, quatre-vingts statues des principaux disciples, une statue du roi Souddhôdana et une autre de la reine