Page:Mary Summer - Histoire du Bouddha Sakya-Mouni, 1874.djvu/197

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Avîtchi, le huitième et le plus bas des enfers brûlants, 156.

Il y en a huit autres qui sont glacés.

Quand les Bouddhas sourient, il s’échappe de leur bouche des rayons de lumière dont les uns montent et les autres descendent. Ceux qui descendent vont au fond des enfers, froids pour les enfers brûlants et chauds pour ceux qui sont froids. Par eux sont calmées les douleurs des habitants de ces lieux de misère, 22.

(E. Burnouf, Introd. à l’Hist. du Bouddhisme, p. 201.)


Bénarès, ville ; en sanskrit Barânasi, 91.

Bhadrika, l’un des cinq premiers disciples du Bouddha, 97.

Bhadrikâ, la courtisane, 121.

Bhagavat, épithète des Bouddhas, employée souvent seule pour les désigner. Ce titre ne s’accorde qu’à un Bouddha ou à celui qui va bientôt le devenir, 19.

Bhallika, 80.

Bimbisâra, roi de Magadha, naît en même temps que Sâkya-Mouni, 26.

— visite le Bouddha, 59, 106, 151, 152.

Bôdhi, V. Intelligence suprême.

Bôdhimanda, l’endroit où Sâkya arriva à l’intelligence suprême, 74, 87.

Bôdhisattva, « l’être uni à l’Intelligence. » Celui qui est destiné à devenir Bouddha, et n’a plus, par conséquent, qu’une existence à passer sur la terre avant d’arriver au Nirvâna ou délivrance finale, 21.

Bouddha, c’est-à-dire l’éclairé, le savant.

Ce nom, à proprement parler, est un titre pour désigner celui qui possède l’intelligence suprême.

Un Bouddha, quel qu’il soit, doit toujours faire