Page:Mary Summer - Histoire du Bouddha Sakya-Mouni, 1874.djvu/214

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


72. Il a les cheveux noirs.

73. Les cheveux égaux.

74. Les cheveux bien arrangés.

75. La chevelure parfumée.

76. Ses cheveux ne sont pas rudes.

77. Ses cheveux ne sont pas mêlés.

78. Il a les cheveux réguliers.

79. Il a les cheveux bouclés.

80. Ses cheveux représentent la figure du Srîvatsa, du Svastika, du Nandyâvartta et du Vardhamâna.

(Ces quatre noms sont ceux de figures mystiques indiquant la grandeur et la prospérité.)

Comp. les trente-deux signes du grand homme.


Râdjagriha, capitale du pays de Magadha, au temps de Sâkya-Mouni, 58, 104, 105, 106, 132, 142, 150.

Rahou, le dragon qui cause les éclipses, 13.

Rahoula, fils du Bouddha ; ainsi nommé, parce qu’au moment où il naquit, la lune était saisie par Rahou (V. p. 13, n. 2.), 114, 147.

La tradition du sud fait naître Rahoula le jour où son père s’enfuit du palais pour aller vivre dans la solitude. Celle du nord place sa naissance six ans plus tard, ce qui fit concevoir des doutes sur la vertu de Gôpâ. Celle-ci, pour se justifier, conduisit au bord d’un étang l’âne qui servait autrefois de monture à son mari ; puis, posant l’enfant sur le dos de l’animal, elle les poussa dans l’étang, en disant : « Si cet enfant est le fils de Sâkya-Mouni, qu’il surnage ! Sinon, qu’il s’enfonce dans l’eau ! » Et, comme une feuille de cotonnier, l’enfant et l’âne surnagèrent. Le roi Souddhôdana, émerveillé et ravi, prit l’enfant dans ses bras, et l’emporta. Pour expliquer pourquoi Rahoula