Page:Mary Summer - Histoire du Bouddha Sakya-Mouni, 1874.djvu/215

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


était resté six ans dans le sein de sa mère, on dit que les souffrances que cela dut causer à la mère et au fils étaient le résultat de leurs actions dans des existences antérieures.
La tradition du nord, adoptée par le Lalita-vistara, est certainement moins ancienne que celle du sud, et laisse voir l’influence des légendes brahmaniques sur les Bouddhistes.

Dans le Mahâbhârata (trad. de Fauche, t. I, p. 507), Gandhârî, mère des Kourous, porte un an dans son sein la masse informe qui, divisée, produit cent fils, plus une fille.

Dridhasyou, fils du sage Agastya, reste sept ans dans le sein de sa mère Lopâmoudrâ. (Ibid., t. III, p. 453.)

Rakchas, sorte de vampire, 13.

Rati, fille du démon Mâra, 79.

Religieux, en sanskrit : Bhikchou, c’est-à-dire « mendiant. » Objets nécessaires à un —, 53.

Richi, ascète qui, par ses austérités et sa sainteté, est parvenu à posséder des facultés surnaturelles, 24.

Roudraka (le philosophe), 63.

Sa doctrine ne satisfait pas Sâkya-Mouni, 83.


Sâkya-Mouni, c’est-à-dire « Sâkya le solitaire, » est le nom qu’on donne au Bouddha, à partir du moment où il se retire dans la solitude.

La date la plus généralement adoptée pour l’époque de sa mort est 543 avant J.-C. ; et, comme il vécut quatre-vingts ans, sa naissance se trouve ainsi fixée à l’année 623 avant J.-C.

Sâkyas (les), leur origine, 4, 5.

Sârakoûpa, nom d’un puits, 37, note.

Sârathi, ville, 84.

Sârika, oiseau, 6, 133.

Sâripoutra, disciple du Bouddha, de la main droite, 107, 126, 150, 158.