Page:Mary Summer - Histoire du Bouddha Sakya-Mouni, 1874.djvu/218

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


La cinquième, de la quatrième contemplation, en a
3
La sixième sphère, qui est une demeure pure, en a
6
La septième sphère, celle du monde sans forme ou sans corps, en compte
7
Les Brâhmanes comptent aussi sept cieux, mais ils ne le divisent pas de même.

Transmigration. La croyance à la transmigration est commune aux Brâhmanes et aux Bouddhistes ; mais il n’est pas facile de préciser le moment où cette croyance est devenue un dogme. Elle n’est pas apparente dans le Vêda, quoiqu’elle se trouve dans les Oupanichats, c’est-à-dire dans les livres qui sont supposés développer la doctrine de Vêdas.

C’est un fait remarquable, qu’on ne puisse retrouver l’origine de ce dogme, dont l’absence ferait crouler tout le système des récompenses et des peines, réservées, suivant les Indiens, aux bons et aux méchants, 12.

Trapoucha et Bhallika, deux frères marchands, 80, 81.

Tremblement de terre, 172.

Trente-deux signes du grand homme que possède le Bouddha.

1. Sa tête est couronnée par une protubérance du crâne.

2. Ses cheveux qui tournent vers la droite sont bouclés, d’un noir foncé et brillant comme la queue du paon ou le collyre aux reflets variés.

3. Il a le front large et uni.

4. Une laine est née entre ses sourcils, ayant l’éclat de la neige et de l’argent.

5. Il a les cils comme ceux de la génisse.

6. Il a l’œil d’un noir foncé.

7. Il a quarante dents égales.

8. Il a les dents serrées.