Page:Massé - À vau-le-nordet, 1935.djvu/171

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
169
chair de mollet

voudras, et dépourvu de galanterie et sans doute aussi de vertu, je te l’accorde volontiers, mais tout de même l’animal n’est pas si bête I

— Tu oses prétendre que…

— Il a toujours de l’esprit… d’observation…

— Tiens, vous êtes tous les mêmes, les hommes !

— À moins que ça ne soit l’esprit de l’escalier !… Mais, dis donc, quand ce juponnier opère ainsi des reconnaissances amont la côte ou l’escalier, qu’il louche sur vos pattes, pourquoi, alors que vous avez l’avantage du terrain, ne pas lui répondre par la bouche de vos canons artistiques ?

— Eugène, quand tu me sors tes grands mots, j’imagine toujours que c’est pour camoufler des choses raides. Et je suis en peine de savoir s’il faut sourire finement ou bien s’il convient de rougir modestement.

— Et tu n’aimes pas les choses raides, Gigine ?

— Gamin, va !

À la tournure que prenait la conversation dont je viens de rapporter la substance et que, amusé, je m’étais bien gardé d’interrompre autrement que par des oh ! et des ah ! approbatifs, je compris, sans regarder à ma montre, qu’était venue l’heure du berger. Le sujet avait évidemment émoustillé Eugène ; quant à minette, je veux dire Régine, elle avait rentré ses griffes et ronronnait. Je crus discret, sous un commode prétexte, de m’effacer, et l’on n’insista pas outre mesure pour me retenir.