Page:Massé - À vau-le-nordet, 1935.djvu/66

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
64
à vau-le-nordet

entre poids-lourds : Lavigueur même et Samson en personne !

Et voilà la conversation aiguillée sur une autre voie. Satanée politique, va, pas moyen de discuter sérieusement !

Comme nous entrions, Félix, entouré de quelques fidèles, pérorait de son ton cathédral.

— Venez vite entendre Dom Félix prêcher la controverse, lança Philémon Dubé.

Félix, dédaigneux d’un adversaire qu’il ne jugeait pas digne de son attention — brûle-t-on de la poudre à un moineau ? — continua d’exposer sa thèse. Personne du reste n’avait donné suite à l’apostrophe et, comme on sait, l’entente est au diseur.

— Il ne faut pas se payer de mots : j’en suis. Mais il ne faut pas non plus se faire illusion sur leur valeur d’expression. Si la langue française n’a plus la force et la cohérence de sa mère latine, c’est que l’âme de la race a dégénéré. La pensée en fléchissant a entraîné la décadence de la langue. Tant vaut l’homme, tant vaut le style ; Buffon a toujours raison… On a peur des idées, on redoute les concepts réels. Aussi s’empresse-t-on de les camoufler de mots flous, les habille-t-on de façon à ne pas offusquer la pudibonderie de nos timides