Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/109

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE XI

DÉBUT À L’OPÉRA



La mort qui était venue me frapper dans mes plus vives affections, en m’enlevant ma mère, avait également ravi sa mère à ma chère femme. Ce fut donc dans une demeure tristement endeuillée que nous habitâmes, l’été suivant, Fontainebleau.

Le souvenir des deux disparues planait sur nos têtes, lorsque j’appris, le 5 juin, la mort foudroyante de Bizet, — Bizet qui avait été un camarade si plein de sincère et profonde affection, et pour lequel j’avais une admiration respectueuse, bien que je fusse à peu près de son âge.

La vie avait été bien dure pour lui. Sentant ce qu’il était, il pouvait croire à l’avenir de gloire qui devait lui survivre ; mais cette Carmen, depuis plus de quarante ans célèbre, avait paru à ceux qui étaient chargés de la juger une œuvre contenant de bonnes choses, quoique bien incomplète, et aussi — que n’a-