Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/116

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
108
MES SOUVENIRS

La mise en scène, décors et costumes, était d’un luxe inouï ; l’interprétation, de premier ordre…

La première du Roi de Lahore, qui eut lieu le 27 avril 1877, marque une date bien glorieuse dans ma vie.

Je rappelle, à ce propos, que le matin du 27 avril Gustave Flaubert laissa à ma domestique, sans même demander à me voir, sa carte, avec ces mots :

Je vous plains ce matin. Je vous envierai ce soir !

Que ces lignes peignent bien, n’est-il pas vrai ? l’admirable pénétration d’esprit de celui qui a écrit Salammbô et l’immortel chef-d’œuvre qu’est Madame Bovary.

Et le lendemain matin, je reçus du célèbre architecte et grand artiste Charles Garnier les lignes suivantes :

« Je ne sais pas si c’est la salle qui fait de bonne musique ; mais, sapristi ! ce que je sais bien, c’est que je n’ai rien perdu de ton œuvre et que je la trouve admirable. Ça, c’est la vérité.

« Ton
« Carlo. »


La magnifique salle de l’Opéra avait été inaugurée seize mois auparavant, le 5 janvier 1875, et la critique avait cru devoir s’attaquer à l’acoustique de ce merveilleux théâtre, construit par l’homme le plus exceptionnellement compétent que les temps modernes aient connu. Il est vrai que cela ne devait guère durer, car lorsqu’on parle de l’œuvre d’une si