Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/149

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XV

L’ABBÉ PREVOST À L’OPÉRA-COMIQUE



Par un certain matin de l’automne 1881, j’étais assez agité, anxieux même. Carvalho, alors directeur de l’Opéra-Comique, m’avait confié trois actes : la Phœbé, d’Henri Meilhac. Je les avais lus, relus, rien ne m’avait séduit ; je me heurtais contre le travail à faire ; j’en étais énervé, impatienté !

Rempli d’une belle bravoure, je fus donc chez Meilhac… L’heureux auteur de tant d’œuvres ravissantes, de tant de succès, Meilhac était dans sa bibliothèque, au milieu de ses livres rarissimes aux reliures merveilleuses, véritable fortune amoncelée dans une pièce de l’entresol, qu’il habitait au 30 de la rue Drouot.

Je le vois encore, écrivant sur un petit guéridon, à côté d’une autre grande table du plus pur style Louis XIV. À peine m’eut-il vu que, souriant de son