Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
MES SOUVENIRS
25

vais revoir mon cher Conservatoire, mes maîtres, et les coulisses dont le souvenir ne cessait de me hanter.

Je savais trouver à Paris une bonne et grande sœur qui, malgré sa situation bien modeste, m’accueillit comme son propre enfant, m’offrant le logis et la table : logis bien simple, table bien frugale, mais le tout agrémenté du charme d’une si suprême bonté que je me sentais complètement en famille.

Insensiblement ma mère me pardonna ma fuite à Paris.

Quelle créature toute de bonté et de dévouement que ma sœur ! Elle devait, hélas ! nous quitter pour toujours, le 13 janvier 1905, au moment où elle se faisait une gloire d’assister à la 500e représentation de Manon, qui eut lieu le soir même de sa mort. Rien ne pourrait exprimer le chagrin que je ressentis !

· · · · · · · · · · · · · · · · · ·

En l’espace de vingt-quatre mois, j’avais regagné le temps perdu en Savoie. Un premier prix de piano était venu s’ajouter à un prix de contrepoint et fugue. C’était le 26 juillet 1859.

Je concourais avec dix de mes camarades. Le sort m’attribua le chiffre 11 dans les numéros d’ordre. Les concurrents attendaient l’appel de leurs noms dans le foyer de la salle des concerts du Conservatoire où nous étions enfermés.

Un instant le numéro 11 se trouva seul dans le foyer. Tandis que j’attendais mon tour, je contemplais respectueusement le portrait d’Habeneck, le fondateur et premier chef d’orchestre de la Société des Concerts, dont la boutonnière gauche fleurissait d’un véritable mouchoir rouge. Certainement, le jour où