Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/331

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


SÉANCE PUBLIQUE ANNUELLE
DES CINQ ACADÉMIES

PRÉSIDÉE PAR MASSENET, PRÉSIDENT DE L’INSTITUT
ET DE L’ACADÉMIE DES BEAUX-ARTS
Le mardi 25 octobre 1910.



Discours d’ouverture de M. le Président.


Messieurs,

C’est la roue de la Fortune, qui n’a jamais été plus aveugle — ou bien encore la malice de mes confrères les artistes — qui m’a porté jusqu’à ce fauteuil, où m’échoit l’honneur redoutable de présider l’une de ces séances annuelles où se trouvent réunies les cinq Académies. Lourde tâche pour un pauvre compositeur que les questions scientifiques et littéraires ont toujours vivement intéressé, mais auquel la tyrannie des doubles croches n’a laissé le loisir d’en approfondir aucune.